Vous êtes ici : Accueil > Orgue > Le buffet

Le buffet

Tout là-haut, dans la lumière...

Warning: Parameter 2 to PlumeSmartyPants::parseContent() expected to be a reference, value given in /home/www/pmisandeau/cathedrale/manager/inc/class.hook.php on line 42
le haut de l'orgue

Là-haut, une trouée de lumière ! Un appel vers l'infini ! Et cet infini semble se déverser vers vous grâce à l'heureux mariage des arêtes de la voûte gothique et des corniches curvilignes de la montre. Ne voyez-vous pas qu'il y a là comme un immense coeur renversé, et qui déverse de la lumière, incliné vers vous ? Suger, que l'on pense originaire de Saint-Omer (?!), a créé, dit-on, le style gothique parce qu'il voulait que la lumière, que beaucoup de lumière, jaillisse en haut des voûtes des églises... Mais, souvent, les buffets d'orgue ne peuvent que s'adosser à une muraille aveugle ! Ici, on a respecté la source de lumière : le buffet d'orgue s'est incliné pour lui livrer passage !

Et il y a plus : dans les nervures flamboyantes de la fenêtre haute de la tour, lorsque l'on est bien dans l'axe, on voit se dessiner un Triangle, image classique de la Sainte Trinité, juste derrière l'Enfant-Jésus !

ange joueur de trompette
ange joueur de trompette

les anges

Les deux grands anges sonneurs de trompette, dont le contre-jour découpe l'élégance des gestes et la fluidité des tuniques, et les deux anges placés plus bas qui jouent de la conque marine et du serpent, représentent tous les Esprits célestes, et ils ne cessent pas de chanter la Gloire de Dieu ! En effet, sur l'étendard bleu de chaque trompettiste, on peut lire, en lettres d'or, le chronogramme suivant : « eXCeLsI In LaVDeM » (à la Louange du Très-Haut) et les lettres majuscules indiquent 1717, date de l'achèvement du buffet.

Jésus enfant debout sur le globe enserré par le serpent

Jésus-enfant

Mais, planté sur la terre, voici l'Enfant-Jésus ! On le dirait propulsé par la trouée de Lumière ! Il est là, aérien, intemporel, il a déjà les attributs du Ressuscité du matin de Pâques : l'auréole triomphale ceint sa chevelure, et de la hampe de la croix, qui est l'Etendard Pascal, il vise la tête de l'antique serpent. Pourquoi donc ce Jésus-Enfant, frêle et léger, et non pas le Christ en croix, le Christ enseignant, le Christ Pantocrator, le Christ du jugement dernier... Oui, pourquoi ? Sans doute pour évoquer ce que la théologie appelle « le Mystère de l'Incarnation » et pour nous redire que le Fils de Dieu est bien celui qui est venu dans l'humilité. Et s'il est ainsi planté sur la terre, n'est-ce pas pour y planter, à son tour, l'Eglise qui sera son corps Mystique ?...

les hommes

Ceux-ci sont représentés, au milieu du buffet, par un globe terrestre tout rond et tout bleu, posé comme en équilibre sur la tourelle centrale, et tout irait pour le mieux, s'il n'était pas encerclé, enserré, étouffé, par le Serpent du Mal ! La Bible ne nous a-t-elle pas dit que le désordre originel a détourné l'homme de son Dieu et a fermé sa bouche et son coeur à la Louange ? Si l'homme n'est pas d'abord libéré du mal, il ne saurait chanter la gloire de Dieu, il ne saurait donner à son Créateur, la libre louange.