Vous êtes ici : Accueil > l'Horloge > Description

Description

L'Araignée

Warning: Parameter 2 to PlumeSmartyPants::parseContent() expected to be a reference, value given in /home/www/pmisandeau/cathedrale/manager/inc/class.hook.php on line 42

L'araignée est une couronne supportée par quatre tridents où sont inscrits, en latin, les douze mois de l'année. Entre l'indication des mois et le disque des heures figurent 365 points alternativement blancs et noirs : ce sont les jours. Pour le mois de février il n'y a que 28 jours.

Un cercle excentré par rapport au disque des mois avec la représentation des douze signes du zodiaque finement peints est fixé sur les tridents.

l'araignée

L'araignée se compose :

  • de deux aiguilles perpendiculaires dont les extrémités sont ornées de tridents porteurs des noms latins de huit constellations ou étoiles brillantes visibles dans le ciel de Saint-Omer ;
    • Caput herculus : la tête d'Hercule
    • Caput Dragon : la tête du Dragon
    • Spica Virginis : l'épi de la Vierge (Spica)
    • Canis major : le grand chien
  • du cercle comportant l'inscription des mois et des jours, soudé à la pointe des aiguilles ;
  • du cercle du zodaique excentré par rapport au centre de l'horloge ;
  • d'une grande ligne courbe sur laquelle ont peut lire des inscriptions latines
    • Venter ceti : le ventre de la baleine
    • Oculus tauri : l'oeil du taureau (Aldébaran)
    • Canis Minor : le petit chien
    • Cor leonis : le coeur du lion (Régulus)

En face de six d'entre-elles sont soudées des flammèches surmontées d'une étoile; il en manque deux, à la tête d'Hercule et au petit chien, on ne sait pourquoi (sans doute les outrages des siècles). Hélène Demorianne dans L'Art de reconnaître les instruments scientifiques du temps passé [1] précise : « les index en forme de flammèches (époque gothique) en forme de feuilles ou d'oiseaux (époque Renaissance) indiquent la position des étoiles de première et de deuxième grandeur » . Ces flammèches sont donc une des confirmations materielles de l'origine gothique de l'astrolabe, ce qui en fait une pièce très rare.

L'araignée en effectuant sa rotation va superposer une ou plusieurs étoiles au carré curviligne de la zone blanche du tympan (partie visible du ciel) ; la position de la ou des étoiles ainsi désignée pourra donc être déterminée avec une précision suffisante en 1558.

Notes

[1] L'Art de reconnaître les instruments scientifiques du temps passé, par Hélène Demoriane
Paris : Hachette, 1974
Notice n° FRBNF34693196
Cote BNF : 4-V-30430