Vous êtes ici : Accueil > l'Horloge > Le temps

Le temps

Pourquoi une horloge dans une église ?

Warning: Parameter 2 to PlumeSmartyPants::parseContent() expected to be a reference, value given in /home/www/pmisandeau/cathedrale/manager/inc/class.hook.php on line 42

Au XVIème siècle, les horloges étaient peu nombreuses en raison de leur prix élevé. En posséder une, était objet fierté et signe de richesse, aussi se trouvaient-elles dans les châteaux, les monastères et les églises où elles réglaient la vie des hommes. Dans son livre L'Heure qu'il est David Saul Landes [1] parlant de l'horloge de Cambrai, avance une autre raison : d'après les écrits de la cathédrale de cette ville, l'horloge astronomique, la Merveille de la région était devenue matière à évocation, à mystère et à rentabilité. Il ne faut pas oublier qu'une « horloge miracle » attirait les pèlerins (touristes du Moyen Age) et constituait donc une source de revenus, nouvelle ou complémentaire, des reliques religieuses qui restaient jusqu'alors le meilleur atout qu'une église puisse posséder.

Il faut aussi se rappeler que nous sommes au XVIème siècle, époque où s'opère une véritable révolution dans la conception de l'Univers. On admettait jusque-là, communément, à la suite de l'astronome grec Ptolémée que la Terre était le centre du monde, opinion basée sur le mouvement apparent des astres, que semblaient confirmer certains textes bibliques. Or, le polonais Nicolas Copernic (1473-1543) démontre le double mouvement des planètes sur elles-mêmes et autour du Soleil. Thèse qui fut reprise un peu plus tard par Galilée (1564-1642). Celui-ci fut le premier à observer les quatre plus gros satellites de Jupiter tournant autour de cette planète. Contrairement à ce que l'on a pu penser à cette époque, la Bible n'est pas en contradiction avec ce que nous ont appris les découvertes des siècles suivants. En effet, elle n'est pas un livre scientifique, et décrit les phénomènes célestes tels qu'on pouvait les observer ou se les représenter au moment de sa rédaction. Cette croyance (la Terre centre du monde) était universelle : Juifs, Chrétiens, Babyloniens et Grecs, Aristote et Ptolémée admettaient cette conception de l'Univers.

Nous noterons cependant, que Bruno Giodano, moine dominicain, est mort sur le bûcher en 1600 pour avoir critiqué Aristote (Vie de Galilée).

De ceci découlent deux conceptions : la période pré-Galilée, avec entre autres, quatre horloges de même réalisation à mouvement concentrique :

  • horloge de la Primatiale Saint-Jean de Lyon datée de 1379 modifiée en 1572 et 1660, et restaurée en 1894,1954 et en 1992 - 1993
  • horloge de Prague datée de 1490 et restaurée en 1994
  • horloge de Saint-Omer de 1558, modifiée en 1657, sans grande restauration à ce jour, sauf en 1912 où 2 satellites S1 et S2 ont été changés
  • horloge de Bourges datée de 1423 dont une copie a été faite en 1993

Dans l'autre conception plus moderne, plus proche de la réalité, le Soleil est le centre de l'Univers (Strasbourg, Beauvais par exemple).

Notes

[1] L'Heure qu'il est : les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, par David Saul Land
Titre original : Revolution in time, cloks and the making of the modern world
Paris : Gallimard, 1987
ISBN 2-07-071139-0
Notice n° FRBNF34975064
Cote BNF 8-G-22920