Vous êtes ici : Accueil > Mobilier > Tableaux

Tableaux

La Descente de Croix ou Déposition de Pierre Paul Rubens

Warning: Parameter 2 to PlumeSmartyPants::parseContent() expected to be a reference, value given in /home/www/pmisandeau/cathedrale/manager/inc/class.hook.php on line 42

Ce magnifique tableau est accroché dans le collatéral droit de la nef central, juste à côté du buffet d'orgue. Normalement il était destiné à être accroché dans une des chapelles latérales. Il mesure quatre mètres sur trois. Son cadre qui date de 1840 environ a été restauré plusieurs fois.

la descente de Croix de Rubens

Ce tableau a été l'objet de plusieurs controverses sur son authenticité. Pourtant c'est l'un des Rubens les plus anciennement cité, en 1717 par les bénédictins, tout comme le curé de Ste Aldegonde Monsieur de Neuville. Ce dernier nous indique « qu'à la date de 1612 le Chapitre de la Cathédrale de Saint-Omer fit peindre une descente de croix, l'actuelle, par Rubens ». Il a été commandé en 1612 pour un prix de 250 ou 260 florins. Il a été peint dans l'atelier du maître. La malchance de ce tableau est qu'il n'a peut-être pas été gravé du temps du vivant de Rubens, comme fut celle d'Arras-Kalisz. Cette dernière est beaucoup plus célèbre et de ce fait est beaucoup plus copiée. Au musée de Dijon nous pouvons voir une copie de cette déposition. La région du Nord de la France en possède plusieurs, une à Saint-Omer, une à Lille, une autre à Valenciennes, une autre à Arras qui vient d'être restaurée. Par ailleurs dans la chapelle de Montreuil sur Mer, à côté de l'ancien hôpital, il existe une copie de cette redéposition, réalisée entre 1668 et 1672, par le peintre arrageois Jacques Berches. Pour la voir il faut vous adresser à la mairie de Montreuil. Le 13 décembre 1992 une dernière expertise coupe court à tout débat : le Rubens de la Cathédrale de Saint-Omer est authentique.

détail de la descente de Croix de Rubens : la couronne d'épines, l'éponge et les clous

Toutes les descente de croix suivent la même composition : mêmes personnages, mêmes couleurs, même dramatique. C'est dans les angles, les inclinaisons,le mouvement que l'on trouve des différences.

détail de la descente de Croix de Rubens : le  visage de Marie

Examinons ce tableau

Marie est à la gauche du Christ, la main tendue prête à recevoir. Dans le livre La Cathédrale de Saint-Omer, Monique Ducrocq nous dit : « Marie est à la gauche du Christ. Elle ne tend plus les mains vers lui en un geste désespéré comme à Anvers, elle offre sa main, elle donne son fils. »

détail du cadre de la descente de Croix de Rubens

Rapprochons nous de la nativité syrienne ou allons voir le thème les Nativités dans la cathédrale et comparons les gestes : ils se ressemblent. Le corps du Christ occupe tout le centre du tableau, cassé en deux tout comme celui de l'Apôtre qui le retient. Nous avons l'impression que tout s'écroule. Marie Madeleine à terre est prête elle aussi à accueillir le Christ.