Vous êtes ici : Accueil > Orgue > Facture > Principe et fonctionnement

Principe et fonctionnement

Les tuyaux

Warning: Parameter 2 to PlumeSmartyPants::parseContent() expected to be a reference, value given in /home/www/pmisandeau/cathedrale/manager/inc/class.hook.php on line 42
dessin © Jean-Marc Chouvel
  • Vous croyez vraiment que c'est comme ça qu'étaient les flûtes à cheminée ?
  • En tout cas je vous garantis que c'est un jeu qui tire très bien !...

Tuyaux à bouche

Ces tuyaux peuvent être de différentes tailles :

  • de grosse taille (diamètre) exemples : les flûtes, les bourdons
  • de taille moyenne (les principaux) : montre, prestant, doublette, mixtures
  • de taille étroite : les gambes

Dans ces tuyaux, la longueur du corps (partie entre le biseau et l'extrémité du tuyau) est déterminante de la hauteur du son : qu'il s'agisse d'un tuyau ouvert ou d'un tuyau fermé, la hauteur du son est déterminée par la fréquence du mouvement vibratoire de la source sonore. La colonne d'air contenue dans le tuyau est ébranlée par l'excitateur provoquant une secousse d'air. Plus ces vibrations sont nombreuses, plus le son est aigu ; plus le tuyau est long plus il sonne grave ; plus le tuyau est court, plus il sonne aigu.

tuyaux à bouche

Ondes sonores dans les tuyaux

Les jeux de l'orgue se différencient entre eux par leur sonorité, leur intensité, et aussi par leur acuité, c'est-a-dire par la taille des tuyaux. Ces hauteurs diverses sont indiquées sur les registres avec le nom du jeu par des chiffres correspondant aux anciennes mesures : pieds et pouces.

On doit savoir qu'un jeu de

  • 32 pieds fait entendre par rapport à la touche enfoncée la double octave grave
  • 16 pieds l'octave grave
  • 8 pieds l'unisson
  • 4 pieds l'octave aiguë
  • 2 pieds la double octave aiguë
  • 1 pied la triple octave aiguë

On peut calculer dans le cas d'un tuyau ouvert les distances qui séparent les noeuds et les ventres entre eux : la distance entre deux noeuds et deux ventres consécutifs équivaut à une demi longueur d'onde.

tuyau fermé, tuyau ouvert et tuyau harmonique

Tuyaux donnant le La3

Les longueurs sont calculées sur la base de 440 vibrations par secondes.

Sons harmoniques et mutations : L'orgue est le seul instrument utilisant dans sa structure sonore les sons harmoniques. La physique nous apprend qu'un son n'est jamais entendu seul mais qu'il est toujours accompagné des sons harmoniques qu'il engendre. Ce phénomène naturel est reproduit dans l'orgue. Les jeux de mutations (ou de mixtures) mutent la note, c'est-à-dire font entendre un son autre que celui de la touche enfoncée.

schéma d'un tuyau à anche
tuyaux à anche

Tuyaux à anches

Ici, c'est une languette de métal, qui, sous l'action de l'air, bat contre la gouttière d'anche. Le corps de ces tuyaux n'est qu'un amplificateur dont l'efficacité est fonction de la hauteur et de la forme. A anche égale, un corps conique évasé vers le haut donne un son éclatant, alors qu'un corps cylindrique rabougri donnera un son grêle. D'un côté nous avons une trompette ou un clairon, de l'autre un cromorne ou une voix humaine.

Les allemands et les Nordiques sont maîtres dans la construction des anches à corps raccourci, type régale, alors que les français et les Espagnols, le sont, pour les trompettes.

© Philippe LESAGE - Août 97
Les photos cette page sont de Jean-Michel DECROIX, croquis de M. Facq, ingénieur CNAM, caricature de Jean-Marc Chouvel

Chapitres de l'article Principe et fonctionnement

  1. Historique
  2. Le sommier
  3. Le système de transmission
  4. Les tuyaux
  5. Disposition des tuyaux